Cycle

SAM
30
MAR
17:00
TOULOUSE
Entrée : 6€ / Tarifs réduit : 2€
Entrée gratuite pour les adhérents

Cycle « Les stratégies de l’espoir » : Les possibles du Commun

Partout dans le monde, des mouvements contestent l’appropriation par une petite oligarchie des ressources naturelles, des espaces et des services publics, des connaissances et des réseaux de communication.

Ces luttes élèvent toutes une même exigence, reposent toutes sur un même principe : le commun.

Le commun : ni privé, ni public.

À la politique néolibérale, Dardot entend opposer une « politique du commun ». Investir la notion de « commun », c’est essayer de se frayer un chemin politique qui ne soit ni marchand ni étatique. C’est lutter contre les formes de confiscation du privé mais aussi du public, c’est adopter un point de vue critique sur l’un et sur l’autre, en soulignant leurs déficits démocratiques respectifs. Ce qui permet de montrer en particulier l’insuffisance du thème de la nationalisation.

Dardot insiste sur la nécessité d’instituer le commun. Le commun est un principe politique visant à promouvoir partout la forme de l’auto-gouvernement et de la co-activité : chaque individu qui participe à une même activité doit aussi participer aux prises de décision politiques concernant cette activité. Il y a commun là où il y a activité délibérative. Donc le commun ne renvoie pas à ce qui est partagé avant la co-activité (des propriétés communes). Il ne renvoie pas aux communautés réelles, aux appartenances collectives (langues, nations, etc.). Cela relève plus, de la coutume que du commun. Le commun est plutôt une co-activité qu’il faut instituer au moyen d’une « praxis instituante ». Les nouvelles institutions remplaceront la norme de la mise en concurrence néolibérale par la norme de la mise en commun. Voilà le cœur de ce qu’il appelle la « révolution du XXIe » siècle.

Il devient nécessaire de penser l’espoir pour fonder la construction du futur : questionner le sens de l’humanisme, se souvenir de notre appartenance à la terre nourricière, tisser des liens du commun, explorer les expériences alternatives… Faire émerger des « stratégies de l’espoir »

Pierre DARDOT

 
Pierre Dardot, né en 1952, est un philosophe français, agrégé de philosophie (1980) et docteur en lettres et sciences humaines (philosophie) de l’université de Paris-Ouest Nanterre-La Défense (1988), chercheur rattaché au laboratoire Sophiapol de l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, et professeur honoraire en classes de première supérieure à Paris. Il est aussi animateur, depuis 2004, du groupe d’études et de recherches « Question Marx » avec Christian Laval
Pierre Dardot est l’auteur de :
L’Ombre d’Octobre La Révolution russe et le spectre des Soviets (avec C. Laval) Lux, Humanités 2017
Ce cauchemar qui n’en finit pas. Comment le néolibéralisme défait la démocratie (avec C. Laval) La Découverte (2016)
. Commun, Essai sur la révolution au XXIe siècle (avec C. Laval), La découverte, 2014
Marx, prénom : Karl (avec C. Laval), Gallimard, 2012
La Nouvelle raison du monde Essai sur la société néolibérale (avec C. Laval), La découverte, 2009/10
Sauver Marx ? (avec Christian Laval et El Mouloub Mouhoud), La Découverte, 2007
Aucun document n’est associé à cet article !