Conférence-débat
SAM 19 MAI 2018  /  TOULOUSE

L’eau comme patrimoine mondial de l’humanité

 

Sylvie PAQUEROT partagera avec nous, dans un premier temps, son analyse de la « bataille de l’eau » et sa compréhension de la déclinaison des revendications à l’égard de cette ressource vitale en termes de bien commun et de droit humain, pour réfléchir ensuite au sens de la multiplication des luttes sociales en ces mêmes termes, un peu partout sur la planète…

Que peut-on comprendre de ces revendications posées en termes de « commun », « bien commun », « commons », « buen vivir », etc., qui semblent tout à la fois contester, renouveler et déplacer l’idée même d’intérêt général ? Quelles en sont les dimensions émancipatrices ? Quelles transformations des rapports sociaux laissent-elles entrevoir? Quelle compréhension du politique et de la démocratie recèlent-elles ? À quels écueils doivent-elles faire face ?

Sylvie PAQUEROT

Professeure agrégée à l’École d’Études politiques de l’Université d’Ottawa (Canada) et professeure associée à la Faculté de droit de cette même université, Sylvie Paquerot est membre du REGIMEN - Réseau d’étude sur la Globalisation, la Gouvernance Internationale et les Mutations de l’Etat et des Nations –du Centre de recherches et d’enseignement sur les droits de la personne de l’Université d’Ottawa (CREDP), et Chercheure associée au Centre d’études sur le droit international et la mondialisation – Cédim-UQAM. Elle est également membre du LIPHA de l’Université Paris-12 Créteil.

Formée en sciences politiques, en sciences de l’environnement et en droit international, elle a obtenu en 2003 un doctorat en sciences juridiques et politiques de l’Université Paris VII Denis-Diderot. Le titre de sa thèse : Le statut de l’eau douce en droit international : penser la res publica universelle. Auparavant, elle a travaillé pendant quinze ans au Syndicat de la fonction publique du Québec, comme chercheure, où elle était responsable des dossiers concernant le rôle de l’État et les politiques publiques, notamment, pendant 7 ans, pour le dossier des femmes.

Depuis, elle poursuit ses recherches sur la gouvernance mondiale et le droit international de l’eau mais aussi, plus largement sur les enjeux environnementaux considérés du point de vue des droits humains. A travers ses recherches, elle s’intéresse particulièrement aux enjeux de légitimité des décisions à l’échelle internationale et à la fonction politique du droit dans ce contexte. Ses publications portent tant sur les aspects spécifiques de la gouvernance et du droit international de l’eau que sur les enjeux conceptuels sous-jacents à cette problématique. C’est en effet du point de vue de l’égalité et de l’émancipation qu’elle s’intéresse aux enjeux environnementaux et, particulièrement, s’agissant de l’eau et des ressources vitales, du point de vue d’une alternative économique et politique fondée sur le commun.

En cette année 2018 où la Déclaration universelle des droits atteint l’âge vénérable de 70 ans, soulignons que c’est l’article 28 de cette Déclaration qui oriente ses engagements, tant professionnels que citoyens : « Toute personne a droit à ce que règne, sur le plan social et sur le plan international, un ordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration puissent y trouver plein effet. »

Au nombre de ses publications, outre de nombreux articles, mentionnons : L’eau en commun (avec Gabriel Blouin-Genest et Frédéric Julien en 2011); Un monde sans gouvernail : les enjeux de l’eau douce paru aux éditions Athena en 2005, Eau douce : la nécessaire refondation du droit international paru aux Presses de l’Université du Québec (2005), Le statut des ressources vitales en droit international : essai sur le concept de patrimoine commun de l’humanité paru aux éditions Bruylant en 2002 et L’État aux Orties ? (dir.) paru aux éditions Écosociété en 1996.

Vous n’êtes pas autorisé à consulter et/ou télécharger les documents (PDF, audio, vidéo...) associés à cet article. Seuls les adhérents peuvent accéder à l’ensemble des contenus en ligne sur notre site Web.

Si vous êtes adhérent du GREP MP à jour de votre cotisation, et que vous avez déjà créé votre compte en ligne, connectez vous pour accéder à tous les contenus !
Se connecter...